À Tokyo, des cabines de télétravail ont été installées dans les couloirs de métro

Dernière mise à jour : avr. 26


Imaginez, à la place du photomaton du métro, des cabines spécialement conçues pour vous isoler et assister à votre réunion professionnelle en visioconférence. C'est précisément l'idée des "CocoDesk", développées par la multinationale Fuji Xerox, qui a installé ces drôles de cabines dans les couloirs du métro de Tokyo.


CocoDesk, la nouvelle cabine de télétravail au Japon

Inaugurées en août 2020 dans la capitale niponne, les "CocoDesk" sont équipées pour se sentir "comme au bureau" : une table de travail, une siège de bureau, un écran LCD, des prises pour brancher les appareils électroniques, une connexion Wifi et un système de climatisation... et même de la moquette au sol.


D'après Fuji Xerox, on en trouverait actuellement 63 installations de ce type dans les stations de métro de Tokyo. Si l'on s'imagine vite étouffer à l'idée de passer plusieurs heures d'affilée dans ces cabines individuelles (claustrophobes, s'abstenir), les CocoDesk s'adressent davantage aux personnes qui souhaitent s'isoler pour une réunion professionelle entre deux trajets de métro. Elles sont en effet disponibles à la location par tranches de 15 minutes au prix de 250 yens (soit environ 2 euros).


Une autre initiative nippone, celle d'un parc d'attractions, Yomiuri Land, a par exemple lancé une offre à destination ses visiteurs leur proposant de travailler... au sommet de la grande roue de Tokyo. Enfin, certains hôtels capsules et bars-karaokés, véritables institutions au pays du Soleil Levant, se sont transformés temporairement en espaces de travail.


Certaines de ces innovations datent toutefois d'avant la pandémie. Dans le quartier financier de Marunouch à Tokyo, il n'est pas rare d'appercevoir des tentes de camping plantées au sommet des buildings. Une manière d'offrir un moment d'évasion à des salariés en costume-cravate qui passent de longues heures au bureau.




La version originale de cet article a été publiée sur Ladepeche.fr

2 vues0 commentaire