La surcommunication nuit-elle au télétravail ?

Dernière mise à jour : mars 1


Faut-il abreuver ses collaborateurs en télétravail de messages ? Cécile Eymard, consultante senior chez Clémentine, cabinet de recrutement spécialiste du digital et de l’IT, nous éclaire.



En 2019, 17% des salariés avaient intégré le télétravail à leur routine hebdomadaire. Avec les mesures de confinement, l’intégralité des personnes dont la profession le permet ont été renvoyées chez elles et sont tenues de télétravailler. Ce passage à marche forcée à du 100% home office ne s’est pas opéré sans heurts, même dans les entreprises les plus avancées dans la mise en place du télétravail. En fait, les conditions de réussite de ce dernier reposent sur deux facteurs : l'organisation et la communication. Or les outils à cet effet ne manquent pas, ils sont même parfois trop nombreux !

Pour beaucoup, la première semaine de télétravail a été remplie de réunions en visioconférence visant à s’organiser en équipe et laissant finalement peu de temps à chacun pour sa propre production. La problématique sous-jacente à cette "sur-communication" conjoncturelle est multiple. Il s’agit en premier lieu d’une question de confiance : la visio permet de se voir en train de travailler et d’apaiser tout doute sur la présence derrière son écran d’un collaborateur en télétravail.

Retrouvez le podcast du journal du Télétravail, - Ce patron est contre le “tout télétravail”... voici pourquoi

Le besoin d’humaniser la relation est lui aussi primordial et justifie à lui seul la mise en place de temps d’échanges avec un haut niveau d’interaction (type appel téléphonique ou vidéo), par opposition à des modes d’interaction plus froids (par exemple l’e-mail). C’est une différence de taille pour fluidifier la communication et garantir une bonne compréhension mutuelle, notamment quand on use de traits d’humour.

Au sein des équipes, il est également essentiel de préserver la cohésion en gardant des contacts à dimension humaine. Aussi, on voit fleurir des rituels en ligne visant à remplacer les anciens temps forts. Par exemple, les échanges de début de journée à la machine à café s’hybrident avec les méthodes agiles, donnant lieu à des daily scrums à la sauce visio.

Ces semaines de télétravail forcé seront l’occasion pour les entreprises et les employés de faire un bond en avant dans la mise en œuvre de ce dernier et d’apprendre à (mieux) fonctionner à distance. Les gagnantes seront celles qui mettront à disposition les bonnes infrastructures et les bons outils de communication, mais surtout qui sauront mettre le curseur sur le bon niveau d’interaction et de communication pour concilier efficacement production et cohésion.




La version originale de cet article a été publiée sur Capital.fr

4 vues0 commentaire