Le télétravail est-il meilleur pour l'environnement que le travail au bureau ?


Télétravail
Il faut prendre en compte tout ce qui se passe au sein d'un foyer lorsqu'un employé y travaille. Crédit photo : Mikey Harris sur Unsplash

Pour les 20 à 40% d'employés qui travaillent actuellement à domicile, de nombreuses entreprises ont annoncé qu'il n'y aurait pas nécessairement de retour au bureau, ou du moins, pas cinq jours par semaine. Bientôt, il pourrait y avoir quatre fois plus de personnes qui travaillent à domicile qu'avant le Covid-19.


Les souvenirs des métros et des rues vides aux heures de pointe pourraient laisser penser que le télétravail est meilleur pour l'environnement. Pour autant, les conséquences sur la planète de ce changement radical dans nos façons de travailler ne sont pas encore claires, note le Guardian.


Stacy Kauk, employée de Shopify, remarque que même si les émissions de gaz à effet de serre (GES) de son entreprise ont chuté en 2020, il s'agissait d'un contexte particulier, celui du Covid. «Que se passera-t-il quand le monde reprendra son cours?», se demande-t-elle.


C'est la question qu'elle a posée à Watershed, une société qui aide les entreprises à réduire leur empreinte carbone. «Alors que nous retournons au travail en présentiel, c'est le moment pour les entreprises de redéfinir leur modèle de travail et de le faire en gardant un œil sur leur empreinte carbone», suggère son cofondateur, Taylor Francis. Mais c'est plus difficile qu'il n'y paraît.


Mauvais calculs


Si l'on considère les déplacements, le transport est le principal contributeur d'émissions de GES aux États-Unis, dont plus de la moitié provient des véhicules personnels. Près de 90% des gens se rendent au travail en voiture –généralement seuls– et leurs allers-retours quotidiens représentent près de 30% des kilomètres parcourus par les employés américains en un an. Ainsi, supprimer les déplacements quotidiens de millions de travailleurs semble être une victoire climatique facile: en 2020, les émissions de dioxyde de carbone liées au transport ont chuté de 15%.


>> À lire aussi : Nombre de jours idéal en télétravail pour les salariés


Mais il faut alors prendre en compte tout ce qui se passe au sein d'un foyer lorsque des employés y télétravaillent. Dans certaines régions du pays, la consommation moyenne d'électricité des ménages a augmenté de 20% en semaine, selon l'Agence internationale de l'énergie (IEA). Elle estime même que les travailleurs qui font habituellement moins de 6 kilomètres pour se rendre au bureau ont augmenté leurs émissions de GES en travaillant depuis chez eux. Sur le long terme également, d'autres questions se posent. Par exemple, les employés vont-ils passer d'appartements en ville à de grandes maisons en banlieue, qui consomment en moyenne trois fois plus d'énergie?


Si aujourd'hui, laisser les employés partager leur temps de travail entre domicile et bureau paraît le plus simple pour les entreprises, une étude de Carbon Trust indique que cette organisation hybride serait la pire en matière d'écologie. «Cette séparation pourrait conduire à davantage de consommation énergétique puisque les maisons et les bureaux doivent fonctionner pleinement pour permettre aux travailleurs de choisir leur lieu de travail», explique le rapport.


Quoi qu'il en soit, il ne faut pas oublier que l'organisation du travail des employés n'est qu'une infime partie de l'équation quand il s'agit de réduire les émissions de GES des entreprises, et que ces dernières peuvent aussi agir sur l'isolation, le recyclage ou encore la gestion des déchets.

6 vues0 commentaire